Login

 

Que nous apportera-t-elle comme nouveautés?

Quelles nouveautés qui font avancer, la Hellinger®schule et la constellation de famille apportent-elles?
Les Hellinger planifient des séminaires sur les thèmes suivants:

- La nouvelle liberté
- Séminaires exclusivement pour les   femmes

Bien évidemment, nos grands séminaires et nos ateliers abordent d'autres rives.
Bien à vous

 

Les Hellinger

Identification de l'utilisateur

Entrez votre nom d'utilisateur et votre mot de passe pour vous identifier :

« Nos mains »
par Bert Hellinger

Protégés de la lumière par nos mains, nous descendons vers une profondeur silencieuse, guidés d’une manière nouvelle, guidés sans nos mains à nous. Après un certain temps, nous les baissons.
Peut-être que nous joignons nos mains, ou bien que nous les écartons en signe de notre abandon à quelque chose de caché et mystérieux qui nous emmène vers une autre dimension, vers un silence créateur où nous trouvons le repos, portés par d’autres mains : portés avec amour, en sécurité, arrivés à destination, en-semble avec elles et pour toujours.
Nos mains saisissent. Nous donnons notre main. Nous utilisons nos mains aussi pour combattre. Nous les tendons et nous les baissons quand nous baissons les bras. C’est grâce à nos mains et nos doigts que nous réussissons les choses essentielles. Sans nos mains nous sommes impuissants.  Nous levons parfois nos mains au-dessus de notre tête, par exemple quand nous prions, même si le mystère que nous croyons toucher ainsi reste caché. Nous espérons pouvoir le saisir avec ferveur et devenir Un avec lui, Un avec sa main tendue vers nous. Parfois notre main devient un poing serré, soit pour retenir quelque chose en notre possession, soit pour donner un coup à quelqu’un, pour le blesser ou même le tuer. Voilà l’autre versant de nos mains.
Nous utilisons nos mains aussi pour caresser, caresser le visage d’une personne par exemple, surtout lorsqu’il s’agit d’un enfant que nous aimerions consoler. Nous donnons peut-être une caresse à un malade, même à quelqu’un qui a perdu conscience ou qui est dans le coma. Ils sentent nos mains. Grâce à elles nous touchons leurs âmes.
Aux soldats qu’on a fait prisonniers pendant la guerre on ordonne « Haut les mains ! ». Ainsi ils lâchent tout ce qu’ils tiennent dans leurs mains, surtout leurs armes. Ils doivent se rendre les mains levées. Pour eux, la guerre est terminée. Nous observons des phénomènes comparables lorsque les forces de l’ordre arrêtent quelqu’un. Les mains levées, il est sans défense.
Les grands œuvres d’art se réalisent grâce à nos mains. Nous écrivons, dessinons et peignons avec elles. Nous jouons d’un instrument après avoir exercé nos mains pendant des années. Chaque instrument exige un doigté particulier, le piano par exemple et encore plus l’orgue que nous ne jouons pas seulement avec les mains mais aussi avec les pieds. Un violon exige encore un doigté différent, de même qu’un accordéon, une cithare ou une harpe. Là aussi, grâce à l’instrument, nos mains et nos doigts touchent les cœurs de beaucoup de personnes.

Les peintres et les sculpteurs accomplissent la même chose à travers leurs tableaux et leurs sculptures, et, au-delà, l’art de l’architecture. Tout cela est l’œuvre de nos mains. Tout ce que nous pensons et imaginons devient réalité grâce à elles.
De quelle manière les regardons-nous alors, nos mains ? Ne sont elles pas un miracle ? Grâce à elles nous devenons Un avec ces forces créatrices qui disent à travers elles : « Que l’œuvre soit ! »
Lorsque nous caressons nos mains, c’est comme une prière, une prière recueillie et pleine de reconnaissance.Un avec nos mains de cette manière-là, nous entamons notre labeur quotidien, attentifs et recueillis. En le faisant nos mettons parfois nos mains devant nos yeux. Ainsi elles nous protègent de la lumière forte. Elles érigent une frontière vers l’extérieur, entre la clarté et l’obscurité. Protégés de la lumière par nos mains, nous descendons vers une profondeur silencieuse, guidés d’une manière nouvelle, guidés sans nos mains à nous. Après un certain temps, nous les baissons.
Peut-être que nous joignons nos mains, ou bien que nous les écartons en signe de notre abandon à quelque chose de caché et mystérieux qui nous emmène vers une autre dimension, vers un silence créateur où nous trouvons le repos, portés par d’autres mains : portés avec amour, en sécurité, arrivés à destination, ensemble avec elles et pour toujours.